Les femmes plus engagées que les hommes aux causes environnementales : pourquoi ?

Même si on essaie de tout faire pour rééquilibrer les tendances, il existe des domaines qui intéressent plus les femmes que les hommes et vice-versa. Une exception devrait cependant être faite quand il s’agit d’un secteur sur lequel repose l’avenir de l’humain en général comme le développement durable. Malheureusement, les femmes sont plus nombreuses à accorder de l’importance à ce dernier que les hommes. Mais quelles en sont les raisons ?

Une plus grande sensibilité à l’avenir de la planète chez les femmes

L’affirmation ayant conduit à cette question est ressortie d’un sondage conduit en 2015 par Pew Research. Et elle n’a pas connu d’importantes évolutions depuis. Ainsi, aux États-Unis, il y a une différence de 17% entre les femmes et les hommes qui conçoivent le réchauffement climatique comme un problème sérieux. Sur le Vieux-Continent, ce sont également les femmes qui considèrent le plus ce problème comme sérieux, mais la différence est faible. Elle est par exemple de 6% en Allemagne, avec une proportion de 90% chez les membres de la gent féminine et 84% chez les hommes.

Cette préoccupation se traduit, par ailleurs, par plus d’engagements venant de la femme en matière de développement durable :

  • Triage de déchets
  • Économie d’énergie
  • Préférence de la douche au bain
  • Utilisation de sac réutilisable
  • Déplacement à vélo ou à pieds
  • Etc.

Une meilleure représentation également dans les études et les métiers du développement durable 

Cet engagement va même au-delà des « simples » changements d’habitude. Les femmes sont en effet également plus nombreuses que les hommes à se tourner vers les métiers de développement durable. Cela a été confirmé par une étude réalisée en 2018 par Birdeo qui a permis de savoir que les femmes représentent environ 60 % des travailleurs dans ce domaine. Pourtant, dans les autres secteurs, elles sont moins représentées dans les professions de cadre de niveau similaire.

Les personnes qui connaissent la proportion des femmes qui s’intéressent aux filières liées à l’environnement dans le cadre de leur étude supérieure n’en seraient pas surprises. La majeure partie des étudiantes à l’Université de Berkeley mettent même les critères de développement durable et RSE parmi leurs 3 critères les plus importants de choix de carrière. Ce qui n’est pas le cas des garçons, qui eux, se préoccupent surtout de la rémunération et des opportunités d’avancement.

Quelles en sont les raisons ?

De nombreux scientifiques se sont penchés ces dernières années sur cette question et ont pu avancer un certain nombre d’explications. Pour certains, car elles ont naturellement l’empathie et la générosité parmi leurs traits de caractère, les femmes accordent une importance particulière à tout ce qui a trait à l’intérêt général.

L’autre plus grande raison permet de savoir que nous vivons encore sur un monde stéréotype ou beaucoup des hommes considèrent certains domaines ou certaines tâches comme pas assez virils. Et ils sont encore très nombreux à mettre dans cette catégorie les questions relatives au développement durable. Il est désolant de savoir que beaucoup des membres de la gent masculine considèrent que le triage des déchets et la consommation responsable sont des trucs « responsables ». Mais cela, cher lecteur et chères lectrices, ne doit pas constituer pour nous une raison d’abandonner notre lutte pour le bien de la planète et celle contre la perpétuation des rapports hommes femmes inégalitaires.